Des biologistes élucident le mystère de l’hibernation des spermophiles

Les hivers arctiques constituent un défi majeur pour la flore et la faune de cette région rude. Cependant, les animaux et les plantes se sont adaptés aux conditions de vie difficiles que sont les mois d’obscurité totale et les températures extrêmement basses. Un animal particulièrement particulier dans l’Arctique et est le scinque.

Les biologistes ont raconté cette histoire pour la première fois il y a 25 ans. Depuis lors, les chercheurs n’ont toutefois pas réussi à comprendre comment ce rongeur réalise ses étonnants tours sur lui-même chaque hiver. Le scinque creuse de longs passages dans le sol, puis s’y enfouit, scellant sa maison et hibernant pendant huit mois. Dans cet état, la température de leur corps tombe en dessous de 0°C.

On peut dire que du sang froid coule dans les veines de ces animaux. Cependant, l’hiver arctique n’est pas seulement froid, il est aussi glacial. Les poissons des mers du Nord utilisent des protéines antigel spéciales pour empêcher leurs fluides corporels de geler, mais il n’en va pas de même pour les gorgones.

On a constaté que l’organisme élimine de son sang toutes les substances et particules qui conduisent à la formation de cristaux de glace. Par conséquent, ils sont capables de rester liquides même à des températures inférieures à zéro. On ne sait pas encore ce qu’il advient des processus métaboliques des animaux. La nature semble avoir trouvé un moyen très efficace de traiter la graisse accumulée pendant les mois d’été.

Like this post? Please share to your friends:
Une page géniale
error: Le texte est protégé !!