Le petit de la rare antilope bongo

Le petit est né dans le cadre d’un programme d’élevage d’animaux à sabots rares. Cette antilope ne se trouve que dans les forêts à végétation basse et dense et se forme dans les zones montagneuses jusqu’à 3000 m d’altitude. Pendant la saison sèche, ils montent dans les forêts de montagne et pendant la saison humide, ils descendent dans les vallées fluviales. Les mâles adultes sont toujours solitaires, tandis que les femelles forment de petits troupeaux avec leurs jeunes et leurs veaux.

Les pygmées de l’Ituri croient encore que la tortue luth à queue épineuse peut se cacher dans les arbres, accrocher ses cornes aux branches et bondir sur des poursuivants sans méfiance, et que la viande de bongo est impropre à la consommation parce qu’elle mange des plantes toxiques.

La légende veut également que les bongos à longue queue plongent sous l’eau et y restent jusqu’à la prochaine saison sèche, mangeant les poissons dans l’eau et perdant complètement leur peau. Les bongos se nourrissent de pousses, de feuilles et de fruits et déterrent parfois des racines avec leurs cornes. Les jours de grande chaleur, les bongos sont de fervents adeptes de la boue.

Il ne fait aucun doute que le bongo est l’une des antilopes les plus rares et qu’il a besoin d’une protection adéquate. Malheureusement, il est encore possible d’acheter des permis pour tirer sur des bongos et ailleurs, et il reste peu d’antilopes. Il n’y en a que 75 environ, répartis en petits troupeaux de 6 à 12 animaux.

Like this post? Please share to your friends:
Une page géniale
error: Le texte est protégé !!