Le salon de Rockefeller, les lèvres de Salvador Dali: beauté et tragédie dans la vie du designer Jean-Michel Franck

L’art et le design qui ont fleuri étaient teintés de la tragédie de l’évasion. Certains se sont lancés dans la création d’un nouveau mode, d’autres se sont lamentés sur les affaires inachevées, d’autres encore ont prophétisé les tragédies à venir, tandis que d’autres se sont battus de toutes leurs forces pour vivre dans le présent.

Ces contradictions se reflètent dans les intérieurs. Aux côtés des amoureux du verre et du béton, cet habitat a été créé par des amoureux du cuir d’alligator et de la céramique. Jean-Michel Franck était l’un de ces esthètes expérimentaux, dont les lampes en pierre étaient les pionniers des modes audacieuses de l’époque, mais dont la vie a été éclipsée et piétinée par les tragédies des années de guerre.

Jean-Michel Frank a conçu l’intérieur de la maison Rockefeller. Il a combiné avec audace la marqueterie et le cristal de roche pour créer des objets somptueux à partir de matériaux somptueux. En même temps, il était aussi le favori des psychanalystes et des marchands d’opium. Avant de devenir une star dans le monde du design parisien, il a connu une tragédie dans son éducation.

Né dans une riche famille juive allemande, il a reçu une bonne éducation, mais en tant qu’étudiant, il préférait passer des heures dans les librairies et les musées pour ses cours ennuyeux. Pas seul, bien sûr, mais avec des amis de confiance. Jean-Michel s’essaie à la peinture et fait même la connaissance de Louis Aragon, un poète et communiste influent, et accessoirement le mari de la sœur de Lili Brick.

Aragon n’approuvait pas ses peintures, mais admirait son goût et sa vision de la vie. Il a été le premier. En savoir plus sur le client. Pour le jeune artiste, l’offre était à la fois inattendue et bienvenue. La collaboration avec Aragon est un succès et tous les bohèmes de Paris se précipitent sur Franck, qui développe un style et une esthétique immédiatement reconnaissables.

Les intérieurs sophistiqués de Franck, composés de subtiles nuances de couleurs et de textures, sont immédiatement reconnaissables. Empreint de poésie et de nombreuses références culturelles, l’équilibre inflexible entre primitif et rationnel fait réfléchir aux limites du contrôle humain.

Il n’est pas surprenant que son approche ait particulièrement plu à ses pairs surréalistes. Non seulement Aragon et Elia, mais aussi Elsa Schiaparelli n’ont pu résister à ses subtils paradoxes. Et le pouvait-elle ?

Like this post? Please share to your friends:
Une page géniale
error: Le texte est protégé !!